ARCHIVES – L’infirmière (1065)

La vidéo, datant de 2013, présente une qualité peu optimale en mode plein écran.

***

Pour cette rencontre libertine en 2013 je décide de sortir mon costume d’infirmière pour une consultation très coquine. Quand le libertin me fouille mon cul avec sa main, je ne sais plus si c’est moi l’infirmière ou mon patient qui s’est transformé en médecin !? Relis le blog que j’avais écrit le 18 février 2013 au sujet de cette rencontre:

Lundi soir. J’ai rendez-vous chez un libertin, que je n’ai pas revu depuis longtemps. Il habite sur les hauteurs neuchâteloises et quand je sors de la voiture il fait super froid. J’ai hâte de retrouver le chaud.

L’accueil est chaleureux. C’est comme si je l’avais vu la veille. On discute autour d’un bon verre de vin rouge avant que je lui montre ma surprise. J’avais envie de créer un petit scénario. Je vais me changer dans la salle de bain et je réapparais dans mon costume d’infirmière sexy. Il ne s’attendait pas à ça et ça le fait bien rire. J’essaie de jouer le rôle d’une infirmière, qui se rend chez son patient pour le soigner à domicile, mais la situation nous fait tellement rigoler que le scénario est un peu raté. De tout de façon on est aussi trop excités pour jouer longtemps la comédie. J’ai surtout envie de passer aux ‘choses sérieuses’.

Je me débarrasse de ma robe d’infirmière pour me retrouver qu’en porte-jarretelle, bas et hauts talons. Quand je commence à m’occuper de lui, je reconnais tout de suite sa grosse et belle queue, qui bande toujours durement, et qui m’a déjà procuré tellement de plaisir. Je suce sa queue langoureusement, du bout de ma langue, pour la faire grandir encore plus. Il me l’enfonce maintenant bien profondément dans ma gorge, jusqu’au bout. J’essaie de l’avaler entièrement jusqu’aux couilles. Cela me fait baver et je n’ai presque plus d’air. J’adore qu’on utilise ma bouche de cette façon, pendant que je suis à genoux par terre, comme une bonne chienne au service de l’homme.

Mon hôte me fait tourner sur les genoux et je me retrouve penchée sur le divan, les jambes écartées. Il commence à me doigter le cul et me dit qu’il a envie de me fister. Une pensée me traverse l’esprit … que c’est presque trop tôt. Surtout que je ne suis pas encore dilatée, mais je lui fais confiance et je le laisse faire.

Il me dilate avec ses doigts qu’il enfonce gentiment toujours plus dans mon cul. Je sens mon muscle s’ouvrir. Il m’ouvre mon petit trou et avance avec des mouvements jusqu’à se faire assez de place, jusqu’à ce que mon cul s’ouvre et le laisse glisser avec son poing entier en moi. C’est très fort comme sensation. Je le sens bien profondément dans mon trou dilaté à l’extrême et cela m’excite énormément. Je sens que ma chatte commence à mouiller et quand il bouge son poing plus rapidement dans mon cul, je me lâche et je gicle intensément. Ma chatte coule et laisse une grosse, immense flaque sur le sol. Je ne me contrôle plus, et j’ai bien peur de déranger les voisins avec mes cris.

Après ce long fist très intense, il se retire, et je le suce encore pour le faire rebander très durement. Je lui offre mon cul dilaté et quand il me le baise avec sa grosse queue, celle-ci y glisse comme dans du beurre, tellement je suis ouverte et mouillée. Il me baise mon cul à quatre pattes sur le divan, debout, sur le dos. Je le sens bien profondément dans mon ventre, et je me caresse ma chatte en même temps. Quel délire ! Quel sentiment ! Je jouis intensivement. Je suis mouillée et sensible, c’est tellement bon.

Il finit par jouir aussi et se vide sur ma langue et mon visage. Je lui retire les dernières gouttes de son jus. Je savoure son goût qui fond sur ma langue.

On finit la soirée autour d’un apéro dînatoire. Mon hôte sait aussi recevoir comme un vrai gentleman. Merci pour cette splendide soirée, qui m’a bien fait oublier le froid désagréable qui règne en ce moment.


Laisser un commentaire